L’office et la quête

exemple de réfugiés

Tout étranger, persécuté dans son pays d’origine, rêve du statut de réfugié, auquel l’autorise la convention de Genève. En France, la demande doit être transmise à l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides). Au-delà des tensions actuelles autour de la question du droit d’asile, que les politiques entendent de plus en plus restreindre, Anne Georget prouve dans un documentaire exemplaire, En quête d’asile, combien l’obtention de ce statut est dépendant de la conviction des fonctionnaires de l’Ofpra. La réalisatrice filme des face-à-face poignants entre réfugiés et « officiers de protection », en train d’enregistrer le récit de leurs persécutions, sur la base duquel ils seront amenés à donner un avis. Grâce à un dispositif sobre et rigoureux (longs plans fixes), elle révèle la complexité de la prise de décision par ces officiers, qui aux règles de droit superposent leurs émotions et leurs doutes face à la véracité de ce qu’ils entendent (viol, torture, massacres, en Tchétchénie ou au Rwanda …). Chaque fonctionnaire invente ses propres cadres d’action au sein d’un ensemble de règles, défini par des lois et un système de valeurs. Ce sont ces répertoires d’émotion, d’écoute, d’empathie, que la cinéaste met en scène, sans artifices ni complaisance. Des entretiens, parfois insoutenables par la charge émotionnelle qu’ils portent, se dégage une question cruciale; comment faire face à l’effroi? Comment être présent et en recul face à la douleur ? Comment rester sur le fil du devoir professionnel à accomplir – rendre un avis – sans sombrer dans le gouffre de la compassion? Cette question de la quête de la juste distance est aussi celle de la documentariste lorsqu’elle se confronte à cette mise à l’épreuve de la confiance de l’autre. Où et comment se placer face au réel? Stratégie du regard, art du positionnement, travail d’écoute; Anne Georget se place formellement à la hauteur de son sujet et signe, outre une passionnante réflexion sur l’altérité, une magistrale leçon de cinéma.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *